Florent Jacques DELHUMEAU – 1892-1915

Florent Jacques DELHUMEAU
Né le 3 janvier 1892 à Frozes
Cultivateur à Frozes
Classe 1912 – Poitiers – Matricule 1084
Incorporé le 10 octobre 1913 au 3ème bataillon de chasseurs à pied
Chasseur de seconde classe au 3ème bataillon de chasseurs à pied
Mort le 3 mars 1915 à Notre Dame de Lorette – Pas de Calais
Disparu à l’ennemi
23 ans 2 mois 
Décès transcrit à Frozes
Livre d’or de Frozes
Monuments aux morts  de Frozes sous le nom de Delumeau Florent
Sources et liens

Les frères Thomas – Octobre 1914

Le 23 février 1886, à Chalandray, Augustin Thomas, 31 ans, épouse la jeune Célestine Garnier, 19 ans. Elle est la dernière fille de Jean Louis Garnier et Céleste Pain, qui possèdent les terres qu’ils exploitent à la Bourie, le long de la Vendelogne. Jean Louis, le père, n’a pas eu de fils survivant.

Heredis - Famille de Jean Louis Garnier. Cliquez sur l'image pour agrandir

Heredis – Famille de Jean Louis Garnier. Cliquez sur l’image pour agrandir

Jean Louis Garnier a donc besoin de gendres pour exploiter ses terres et prendre sa suite. Marie Radegonde, née en 1860, a épousé Baptiste Mousseau et vit avec lui à la Bourie. La jeune Celestine, née du second mariage du père,  va elle aussi épouser un jeune cultivateur, Augustin Thomas, qui vit et travaille avec ses parents dans le hameau le plus proche, à la Robinière.

Source Geoportail - les hameaux de la robinière et de la bourie, commune de Chalandray

Source Geoportail – les hameaux de la robinière et de la bourie, commune de Chalandray

Le jeune couple s’installe avec les beaux parents, à la Bourie.

Un premier fils, Théophile, nait dans la maison familiale le 23 février  1888. Quatre ans plus tard, le 6 avril 1892, un second fils, Gustave, voit le jour. L’épouse est jeune, mais en cette fin de 19ème siècle, même dans les campagnes, une ébauche de contrôle des naissances apparait dans les milieux les plus favorisés. Si tous les enfants arrivent à l’âge adulte, il va être difficile d’assurer l’avenir de tout le monde sur l’exploitation. Alors, on espace les naissances …..

Les deux frères grandissent avec leur cousine Berthe, la fille unique de Radegonde Garnier et Baptiste Mousseau , qui n’a que quelques années de plus qu’eux.

Et la vie s’écoule calmement dans cette fin de siècle. Les enfants vont probablement à l’école de Chalandray, où leur cousine issue de germain, Aurélie Thomas enseigne aux petites filles, pendant que son époux, Julien Gaultier, fait la classe aux petits garçons.

Collection privée

Collection privée

En 1903, la cousine Berthe se marie, à Ayron, et c’est désormais là qu’elle va vivre sur l’exploitation de ses beaux parents. Très clairement, les deux fils Thomas reprendront l’exploitation des terres du grand père Garnier à la Bourie.

Fin 1908 arrive l’époque du recensement militaire pour l’ainé, Théophile, un beau gaillard d’1m71 aux yeux bleux.  Bon pour le service, il est affecté au 68ème régiment d’infanterie, au Blanc, où il arrive le 8 octobre 1909.

Source : Indre1418.com

Source : Indre1418.com

Il est promu caporal le 26 septembre 1910, et muni de son certificat de bonne conduite, il revient à la Bourie, dans la ferme familiale, à la fin de septembre 1911. Il y retrouve ses parents, son jeune frère Gustave, qui n’a pas encore l’âge de partir, et Constant Merigot, le jeune domestique qui vit avec eux.

Fin 1912, c’est au tour de Gustave Albéric Célestin, que dans la vie quotidienne on appelle Albert, de se présenter au recensement. Bien que plus petit que son frère – 1m61 seulement, moins que la moyenne de la classe d’âge dans le canton – il est bon pour le service et part en octobre 1913 pour le 90ème régiment d’infanterie, à Chateauroux.

Les hasards du recrutement ont fait que les deux frères servent dans les deux régiments formant la 33ème brigade d’infanterie, le 68ème et le 90ème régiments d’infanterie. Leurs parcours vont donc être parrallèles, leurs expériences similaires, leur sort plus lié que si l’un deux avait été versé dans un régiment caserné à Blois ou Poitiers.

La 33ème brigade d’infanterie appartient à la 17ème division d’infanterie – 9ème corps d’armée.

Quand la mobilisation est décrétée, Théodore, l’ainé, rejoint le Blanc le 3 août 1914.

Sur la carte ci-dessous, j’ai représenté le parcours des deux frères, depuis leur ferme à Chalandray jusqu’aux champs des Flandres où ils ont trouvé la mort.

La brigade embarque les 6 et 7 août en direction de la frontière Est, vers Nançy.

Mémoire des hommes - JMO de la 33ème BI - vue 5/37

Mémoire des hommes – JMO de la 33ème BI – vue 5/37

 

Dans un premier temps, la brigade participe à la défense de Nancy, puis s’embarque les 19 et 20 août en direction de la Belgique.

 

JMO 33ème BI

JMO 33ème BI

Le 23 août, la brigade est engagée dans son premier combat d’importance, à Houdremont. Les ordres sont confus, l’artillerie ennemie fait des ravages, et les régiments perdent ce jour là un nombre important de soldats, morts, disparus ou blessés.

Le repli dit stratégique commence alors. Les armées se replient vers le sud, vers Paris, avec l’ennemi qui harcèle l’arrière garde. Le 30 août, c’est un nouvel engagement majeur qui attend la brigade à Bertoncourt. On continue à marches forcées vers le sud, vers la Marne jusqu’au 5 septembre. Ce jour là, la brigade se trouve à la Fère Champenoise. C’est là qu’arrive l’ordre de faire face, de reprendre l’offensive. La bataille de la Marne commence, et la brigade va participer pendant 5 jours, du 6 au 10 septembre, aux combats des marais de Saint Gond.

Sambre-Marne-Yser.be

Sambre-Marne-Yser.be

Les Allemands reculent, jusqu’à des positions qu’ils semblent avoir choisies pour fixer le front, autour de Prosnes. Le front s’enlise, les tranchées sont creusées. La 33ème brigade occupe une portion du front autour de Prosnes jusqu’au 19 octobre 1914.

thomas_3

Le 22 octobre, en train, puis en camion pour le dernier tronçon en Belgique, la brigade rejoint Ypres.

Le 23 octobre, la 17ème division à laquelle appartiennent le 68ème RI et le 90ème RI est portée sur Ypres et St Jean, avec le 68ème régiment d’infanterie en tête. En fin de matinée, les soldats sont mis en formation de combat au nord ouest de la route Saint Jean – Passchendale, en direction de Fortuyn, puis de Wallemollen. On marche sous le feu de l’artillerie allemande. En fin de journée, enfin, on s’installe dans les tranchées creusées par les anglais, qui viennent d’être relevés.

Le 24, puis le 25, on reprend l’offensive, pour quelques mètres gagnés au prix de nombreuses vies.

JMO du 68ème RI - vue 29/36

JMO du 68ème RI – vue 29/36

C’est là, durant cette offensive, que vont tomber  tout d’abort Albert, le plus jeune, le 24 octobre, à Fortuyn, puis le lendemain Théophile, le grand frère, le caporal, à Wallemollen.

En 24 heures, dans ces champs des Flandres, avec la mort de ces deux jeunes soldats, une famille entière est détruite.

Je n’ai pas encore retrouvé quand les parents de Théophile et d’Albert ont appris le décès de leurs enfants. Les ont ils appris le même jour, ou avec plusieurs semaines de décalage ? Les actes de décès n’ont été retranscrit qu’au début de l’année 1917 dans les registres d’état civil de Chalandray. Pendant combien de semaines ont ils attendu, espéré une lettre, prié dans la petite église de Chalandray pour le retour de leurs enfants, sans savoir qu’il était déjà trop tard ?

Dans le recensement de 1921, les époux Thomas, parents des deux jeunes soldats morts, habitent seuls dans leur maison à la Bourie. Trois nouvelles familles se sont installées dans le hameau, dont deux qui viennent des Deux Sèvres toutes proches. Les terres que les propriétaires ou les métayers ne peuvent plus cultiver, parce que leurs fils ne sont pas revenus, vont être affermées à de nouveaux arrivés, qui vont ainsi bénéficier de la situation.

Sources et liens

Eugène Henri FOURRE – 1888-1915

Eugène Henri FOURRE Né le 13 octobre 1888 à Chiré en Montreuil Cordonnier à Chatellerault Classe 1908 - Poitiers - Matricule 1167 Parti au service militaire au 68ème régiment d'infanterie le 1er octobre 1909 Soldat ouvrier cordonnier le 26 … [Continue reading]

Alexandre Xavier BLANCHARD – 1881-1914

Alexandre Xavier BLANCHARD Né le 21 août 1881 à Chiré en Montreuil Cultivateur à Jaunay Clan lors du recensement militaire Classe 1901 - Chatellerault - Matricule 1508 Service militaire au 90ème RI du 15 novembre 1902 au 23 septembre … [Continue reading]

Emile GUERIN – 1890-1914

Emile GUERIN Né le 16 septembre 1890 à Vasles - Deux Sèvres Domestique à Ayron, à la Jaumelière Classe 1910 - Poitiers - Matricule 1083 Service militaire au 68ème régiment d'infanterie du 7 octobre 1911 au 8 novembre 1913 Rappelé à l'activité et … [Continue reading]