Georges Jean Baptiste GOUJON – 1893-1914

Georges Jean Baptiste GOUJON
Né le 1er août 1893 à Latillé
Cultivateur à Neuville de Poitou
Classe 1913 – Chatellerault – Matricule 1425
Engagé volontaire pour 3 ans le 4 novembre 1911
Arrivé le 9 novembre au 2ème régiment de zouaves
Campagne d’Algérie et du Maroc de 1911 à 1914
Zouave de seconde classe au 8ème régiment de marche de zouaves
Mort le 16 novembre 1914 à Boesinghe – Belgique
Tué au combat
21 ans 3 mois 15 jours
Inhumé à Ypres – Belgique
Décès transcrit  à Neuville de Poitou le 10 août 1917
Livre d’or de Neuville de Poitou
Monument aux morts de Neuville de Poitou
Médaille militaire à titre posthume, Croix de guerre avec étoile d’argent
Avant la guerre

C’est par hasard que le petit Georges nait à Latillé le 1er août 1893. Ses parents, Onésime Goujon et Mathilde Guignard, habitent à Neuville de Poitou, où le père est marchand d’huile. C’est Mathilde qui est originaire de Latillé, où elle est née le 19 mars 1870, de parents eux aussi nés à Latillé. Bien qu’elle porte le patronyme Guignard, nom de naissance de ma grand mère maternelle, née aussi à Latillé, je n’ai pas pu trouver pour l’instant de lien de cousinage entre la famille du petit Georges et celle de ma grand mère.  Georges nait dans la maison de son grand père, Jacques Guignard, journalier. Pour son père, il s’agit d’un remariage, il a déjà une fille d’un premier mariage, qui va vivre à Neuville avec ses grands parents Jean Baptiste Gougeon et Florence Groleau, aussi à Neuville.

Georges est donc élevé comme fils unique dans une famille plutôt aisée selon les critères de ce canton, puisqu’il y a une servante à demeure à la maison.

Service militaire et période 1914-1918

Georges appartient à la classe 1913, pourtant il s’engage en 1911, le 4 novembre, à la mairie de Chatellerault. Il est affecté au 2ème régiment de zouaves et part immédiatement pour l’Afrique du Nord. Après 4 jours de voyage, il arrive dans son régiment le 9 novembre 1911.

Au début de 1914, du 2 janvier au 1er aout, il participe aux opérations militaires sur les confins algéro-marocains en guerre. C’est probablement là qu’il a sa première expérience du feu, même si cela ne peut pas le préparer à ce qui va suivre.

Début août 1914, les quatre bataillons de zouaves qui se trouvent au Maroc – 1er bataillon du 1er régiment de zouaves, 2ème et 4ème bataillons du 3ème régiment de zouaves, 3ème bataillon du 2ème régiment de zouaves, celui de Georges, sont regroupés au sein d’un nouveau régiment, le 8ème régiment de marche de zouaves, intégré à la  Division du Maroc au début de la guerre.

Les quatres bataillons quittent l’Afrique du Nord début août à destination du port de Bordeaux. Les zouaves, dans leur tenue exotique, traversent les campagnes, passent par le Poitou, pas loin de chez Georges, en direction de la zone des armées, qu’ils atteignent le 23 août. Leur première destination est la Thiérache près de Mézières. Le régiment arrive en pleine débâcle des Ardennes. Les armées françaises sont repoussées vers le Sud lors de la bataille de Charleroi. Le régiment reçoit l’ordre de couvrir la retraite de l’armée. Le 28 août, on les retrouve à Dommery, où ils repoussent les régiments allemands qui ne s’attendaient pas à cette résistance.

Gallica - Historique du 8ème RZM

Gallica – Historique du 8ème RZM

georges_goujon_3

Par marches successives, ponctuées de combats destinés à protéger la retraite de l’armée, le 8ème RMZ arrive à Vertus le 4 septembre. En 6 jours, ils ont parcouru près de 150 kilomètres, combattant et marchant tant de jour que de nuit, avec peu de ravitaillement.

C’est là qu’arrive l’ordre de Joffre, qui va lancer la bataille de la Marne. Les instructions sont claires : « se faire tuer sur place plutôt que reculer ». Le 8ème RMZ va se battre dans les marais de Sainr Gond, et reprendre le chateau de Mondement, qui en cette année de Centenaire a été choisi comme un des lieux de mémoire de la bataille de la Marne.

Pour sa participation aux combats, le 8ème RMZ reçoit une citation à l’ordre de la 9ème armée.

Mémoire des Hommes - JMO du 8ème RMZ

Mémoire des Hommes – JMO du 8ème RMZ

Le 11 septembre, l’armée française, et donc le 8ème RMZ, reprend l’offensive et se lance à la poursuite de l’armée allemande, qui se retire.

Mais dès le 14 septembre, l’avancée française se heurte aux premières tranchées installées par les allemands, à l’est de Reims, vers Sillery-le-Petit. Jusqu’au 11 novembre, le régiment va tenter de déloger les allemands, sans succès, au prix de nouvelles lourdes pertes.

Le 11 novembre, on quitte le secteur, embarquement à Mourmelon le Grand pour gagner en train Calais, loin dans le Nord. Le régiment doit participer à la relève des troupes de la 11ème division, qui se bat au nord d’Ypres. Le 15 novembre 1914, à peine débarqué, le 3ème bataillon, celui dans lequel Georges combat, reçoit l’ordre de participer à la reprise du Bois Triangulaire, sur lequel le 26ème régiment d’infanterie s’épuise depuis des jours.

Mémoire des Hommes - JMO du 8ème RMZ - journée du 16/11/1914

Mémoire des Hommes – JMO du 8ème RMZ – journée du 16/11/1914

georges_goujon_6

C’est au cours de ces violents combats que Georges Goujon, 21 ans, va tomber. Son nom n’est pas repris dans la liste des pertes du jour, bizarrement, mais sa citation en 1920 ne laisse pas de place au doute.

Il y a plusieurs croquis très interessants dans le Journal de Marches et Opérations du 8ème RMZ, dont celui des positions du Bois Triangulaire.

Mamoire des Hommes - JMO du 8ème RMZ

Mamoire des Hommes – JMO du 8ème RMZ

Sa dépouille est inhumé à Ypres et son nom est repris sur le mémorial virtuel In Flanders Fields.

Pour les actions qui ont conduit à son décès, il reçoit à titre posthume la Médaille Militaire et la Croix de guerre avec étoile d’argent, ce qui signifie qu’il a reçu une citation à l’ordre de la division. Ces décorations sont publiées dans le Journal Officiel du 13 août 1920.

Gallica - JORF  - A52 N220 - page 11851

Gallica – JORF – A52 N220 – page 11851

Sources et liens

Désiré François PANNOUX – 1888-1914

Désiré François PANNOUX
Né le 14 août 1888 à Benassay
Cultivateur à Béruges
Classe 1908 – Poitiers – Matricule 1145
Service militaire au 32ème RI du 8 octobre 1909 au 24 septembre 1911
Rappelé à l’activité et arrivé au corps le 3 août 1914
Soldat au 32ème régiment d’infanterie
Mort le 4 novembre 1914 à Zonnebeke – Belgique
Tué au combat
26 ans 2 mois 21 jours
Décès transcrit à Béruges le 6 juin 1920
Livre d’or de Béruges
Monument aux morts de Béruges
Croix de guerre avec étoile de bronze
Sources et liens

Marcel Philibert GUERIN – 1894-1914

Marcel Philibert GUERIN Né le 7 août 1894 à Latillé Cultivateur à Mignaloux - Vienne Classe 1914 - Chatellerault - Matricule 1236 Engagé volontaire pour 3  ans à la mairie de Chatellerault le 2 octobre 1912 2ème cannonnier conducteur au 49ème … [Continue reading]

Théophile Théodore Auguste THOMAS – 1888-1914

Théophile Théodore Auguste THOMAS Né le 23 février 1888 à Chalandray Cultivateur à Chalandray, à la Bourie Classe 1908 - Poitiers - Matricule 1086 Service militaire au 68ème régiment d'infanterie au Blanc du 8 octobre 1909 au 26 septembre … [Continue reading]

Gustave Albéric Celestin THOMAS – 1892-1914

Gustave Albéric Célestin THOMAS Né le 6 avril 1892 à Chalandray Cultivateur à Chalandray, à la Bourie Classe 1912 - Poitiers - Matricule 1149 Incorporé le 10 octobre 1913 au 90ème régiment d'infanterie Soldat de seconde classe au 90ème régiment … [Continue reading]

Emile CHAPRON – 1893-1914

Emile CHAPRON Né le 3 avril 1893 au Rochereau Cultivateur au Rochereau Classe 1913 - Poitiers - Matricule 1019 Incorporé le 8 décembre 1913 au 3ème régiment de zouaves à Constantine - Algérie Zouave de seconde classe au 3ème régiment de … [Continue reading]

Edouard Fernand Aimé DINET – 1890-1914

Edouard Fernand Aimé DINET Né le 25 mai 1890 à Quinçay Roulier à Vouillé Classe 1910 - Poitiers - Matricule 1047 Service militaire au 32ème RI du 7 octobre 1911 au 8 novembre 1913 Caporal le 21 septembre 1912 Rappelé à l'activité et arrivé au … [Continue reading]